Touria Chaoui

touria-chaoui

La pionnière du ciel marocain, Touria Chaoui, est née à Fès le 14 Décembre 1936 et est décédée le 1er Mars 1956 à Casablanca.

Touria est issue d’une famille de la bourgeoisie marocaine. Son père, l’homme de théâtre Abdelouahed Chaoui, lui fait prendre des cours de grammaire, d’histoire et de rédaction à domicile, avant de l’inscrire à l’école an-Najah, tenue par des nationalistes, en 1944. Elle obtient son Certificat d’études primaires en 1946.

Elle prendra ensuite des cours de sténographie arabe qu’elle ira même perfectionner à Tunis en 1949.

Elle est engagée par la suite comme secrétaire à l’Agence marocaine d’information et de publicité à Casablanca. Lorsque l’Agence organise un concours littéraire, elle y participe à la condition que son père l’inscrive à des cours de pilotage à la base de Tit Mellil dans le cas où elle remporterait ce concours. Elle réussi, son père tient parole.

 

Elle devint ainsi, en 1951, à l’âge de seize ans, la première femme pilote de l’histoire du Maroc et du monde Arabe.

 

Après le retour de l’exil du roi Mohamed V, en novembre 1955, elle survole à borde de son monoplace le quartier de Touarga et lâche des tracts de bienvenue.

Elle sera reçue au palais et félicitée par le roi Mohamed V ainsi que les princesses lalla Aicha et lalla Malika.

 

Le 1er Mars 1956, veille du jour de l’indépendance d Maroc, vers 18h20, elle sera assassinée d’une balle à bout portant dans la tête devant le domicile de ses parents rue de Bergerac à Casablanca sous les yeux de son frère âgé de 11 ans. Le mobile de ce crime n’a jamais été illucidé.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone