Intissar Haddiya

intissar-haddiya

Quelles sont vos origines ? Où vivez vous ?

Je suis née à Safi, la ville d’origine de mes parents. L’une des plus anciennes villes du Maroc…Une véritable mosaïque culturelle de part ses influences historiques variées, phéniciennes, romaines et portugaises. Mais aussi, un modèle de tolérance et du vivre ensemble comme en témoigne la coexistence paisible et l’entente qui y prévaut depuis plusieurs siècles entre les communautés juives et musulmanes. Aujourd’hui encore, je garde un lien très particulier avec cette ville millénaire où vivent plusieurs membres de ma famille.

Par ailleurs, j’ai vécu et grandi à Rabat, où j’ai fait toutes mes études et où j’ai pratiquement tous mes repères, jusqu’en 2011, date à laquelle j’ai déménagé à Oujda où j’ai intégré le corps enseignant de la faculté de médecine et de pharmacie en tant que médecin-enseignant de Néphrologie Clinique.

 

Racontez nous votre parcours

A l’âge de huit ans, j’ai décidé de devenir médecin, inspirée par Jane Seymour dans la série culte Docteur Quinn- femme médecin. C’était, en fait, un rêve d’enfant qui m’a accompagnée pendant plusieurs années.

Alors, naturellement, après l’obtention du Baccalauréat, j’ai opté sans hésitation pour les études médicales. J’ai ainsi débuté mes études de Médecine en Septembre 1998 à la faculté de Médecine de Rabat. En sixième année de médecine, j’étais admise au concours d’internat du CHU de Rabat. Et deux années plus tard j’ai choisi de me spécialiser en néphrologie, une spécialité qui m’avait intriguée tout au long de mes études médicales par la logique sous-tendant le raisonnement diagnostique qui lui est assez spécifique.  En 2009, J’ai fait un stage de perfectionnement à l’hôpital Necker à Paris et j’ai obtenu mon diplôme de néphrologue en 2010. Quelques mois après j’ai réussi le concours de professeur assistant de médecine et en 2015, j’ai été nommée Professeur agrégée de Néphrologie.

En 2012, j’ai intégré le bureau de la société marocaine de Néphrologie grâce à la confiance des néphrologues marocains, d’abord en tant que trésorière adjointe puis actuellement en tant que second vice-président.  A côté des actions de soin, d’enseignement et de recherche, les activités associatives occupent une place prépondérante dans notre métier. De ce fait, j’ai pris naturellement part au travail associatif, en tant que membre de l’association et de la fédération de soutien des insuffisants rénaux dans l’Oriental Marocain.

 

Votre activité d’aujourd’hui est-elle celle qui vous a toujours passionnée pendant votre jeunesse ?

Et comment ! Au début je voulais devenir médecin, comme le docteur Quinn qui connaissait peu de choses et avait très peu de moyens pour répondre aux besoins de ses patients. Aujourd’hui,  en tant que Néphrologue, j’exerce une spécialité très spécialisée, j’enseigne la médecine et je suis impliquée, au sein de mon équipe d’appartenance, dans des projets de recherche relatifs à la maladie rénale. Donc, je crois que, quelque part, j’ai dépassé le rêve de l’enfant que j’étais.

 

Le fait d’être une femme a-t-il été plus un avantage ou un inconvénient pour votre carrière ?

Je crois que la nature du métier que j’exerce ne se préoccupe pas tellement du genre. En tant que médecins dans un pays en voie de développement, nous avons beaucoup de défis à relever. En revisualisant mon parcours, je suis certaine d’une chose, c’est que je n’ai jamais subi de discrimination relative au genre et le fait d’être une femme, à mon sens, n’a été ni un avantage ni un inconvénient. D’ailleurs, lors de mes études de spécialité en Néphrologie, j’étais formée par une équipe exclusivement féminine. Des femmes modèles, d’une grande intégrité et rigueur professionnelles.

 

Quels sont les hommes et les femmes qui ont été présents dans votre vie ?

Je crois que j’ai eu la chance d’être née dans un milieu intellectuel, ouvert et tolérant. Ma mère est  psychologue et professeur de philosophie et mon père est psycho-sociologue. Très vite, ils m’ont introduit à la lecture et m’ont toujours encouragée à avoir confiance en moi, à exprimer mes sentiments et défendre mes idées, à aller de l’avant et réaliser mes rêves. Leur présence à mes côtés a profondément façonné ma personnalité.  Ensuite, il y a eu d’autres personnes, bien entendu, des enseignants qui ont rempli des rôles de mentors, des amis qui partageaient les mêmes objectifs et un mari qui m’a toujours soutenue dans mes différents projets. Voici, globalement les gens qui ont été présents dans ma vie.

 

Comment vous est venue l’idée d’écrire votre premier livre ?

J’ai commencé à écrire très jeune, à l’âge de huit ans, à créer des personnages, leur attribuer des rôles et tramer des événements à l’instar des petits romans de jeunesse que je lisais à l’époque.  Je garde d’ailleurs plusieurs manuscrits de ces écrits là. Adolescente, j’ai participé à plusieurs concours d’écriture francophone, en l’occurrence, entre 1995 et 1998 et remporté des prix.  En 1999, j’ai signé un contrat avec la prestigieuse maison d’édition Cambridge University Press (New York) qui a publié mes premiers essais et nouvelles en langue anglaise.

Mon roman est naturellement inspiré de mon quotidien de médecin néphrologue face à la lourdeur de la maladie rénale et aux souffrances des patients. J’ai voulu donner une voix à toutes ces personnes, très courageuses qui s’accrochent à la vie et militent, en silence, contre un mal féroce. J’ai tenu à les faire sortir de l’ombre, faire connaître leur douleur et leur combat. C’est une communauté qui reste malheureusement méconnue du grand public.

 

Comment en êtes vous arrivée à vous engager dans le combat pour le don d’organe ?

Là encore, il est difficilement concevable d’être néphrologue et de ne pas être impliqué et mobilisé, à quelque degré que ce soit, pour cette cause. Car en matière de Néphrologie, la greffe du rein est le traitement de choix de l’insuffisance rénale terminale, elle procure une survie et une qualité de vie supérieures aux autres traitements de suppléance de la fonction rénale.  Par ailleurs, le don d’organe est un geste de générosité extrême. Le plus beau cadeau qu’on puisse offrir à un malade. Je suis particulièrement sensible à l’espoir qu’il procure à tous ceux pour qui il représente une option inouïe de survie. D’ailleurs, j’ai beaucoup d’admiration et d’estime pour les donneurs et leurs familles ainsi que tous mes collègues médecins et chirurgiens qui oeuvrent pour le don de la vie.

 

Quel sentiment cela vous procure-t-il de faire partie des plus jeunes professeurs en médecine du Maroc ?

Je suis naturellement très heureuse d’avoir eu la chance et le privilège d’intégrer le prestigieux corps professoral de la médecine au Maroc au prix d’un travail assidu, de beaucoup de rigueur et de persévérance. J’ai une pensée particulière à tous mes maîtres qui m’ont motivée, cru en moi et permis d’acquérir ce titre. Comme vous le savez, le fait de véhiculer et transmettre le savoir d’une génération à l’autre est l’un des fondements de la société humaine. Ceci est d’autant plus vrai en médecine, l’un des plus nobles corps de métiers,  où l’enseignement est empreint d’une très lourde responsabilité. Il est axé autour de l’humain et a pour objet d’apprendre aux jeunes médecins, l’art de soigner, de soulager la douleur et de sauver des vies.  C’est une mission qui a aussi des dimensions éthiques, socio-culturelles qu’il faut prendre en considération et qui vont au delà du simple fait de prodiguer un enseignement. L’un de mes souhaits les plus chers est d’être à la hauteur de cette mission et de tous les aspects qu’elle implique.

 

Si vous deviez donner un conseil aux générations suivantes de jeunes femmes marocaines que diriez vous ?

Ce n’est jamais facile, la vie ne fait pas de cadeaux ou très rarement. Ce qui est certain c’est que l’effort, le travail et la persévérance finissent toujours par porter leurs fruits. Croyez en vous. Laissez de côté les attitudes victimaires et la conception larmoyante de  la vie, le manque de chance et toutes ces idées foncièrement inhibitrices et à la longue destructrices.  Entourez vous de personnes qui vous donnent une bonne opinion de vous même. Personne n’est parfait et on n’est pas supposé l’être. Il y aura toujours des hauts et des bas mais il n’y a pas d’échecs, il n’y a que des leçons. Ayez des objectifs clairs, armez vous de motivation, de courage et de détermination. Donnez vous les moyens de réussir car chaque personne possède ses propres potentiels qu’il faudra savoir exploiter, rentabiliser et en tirer le meilleur. Et quelle que soit la difficulté, ne baissez surtout pas les bras, avancez, l’essentiel est de continuer d’avancer…

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone